Bio//En

The artistic collaboration of Audrey Barthes (Franco-American) and Michel Amaral (Franco-Portuguese) began by chance in 2013 in the "blue, light room" of a hospital, their first joint project.
Their artistic research initially centered on image and representation soon widened to other mediums. As of 2014, their works (photo, video, installations, kinetic digital installations and sound art) were selected and awarded in national and international photo, video and contemporary art festivals.
Whether through form, materials or techniques, they like to shake up ideas. Their practice feeds on the observation and attentive listening to the contemporary world. They deal in an often offbeat manner with social, economic or political subjects, sometimes philosophical but always related to the society in which we live.
Their work has notably been exhibited at the “Circulation(s)” Festival in Paris, in the Saint-Raymond Museum in Toulouse, in the “Château Ephémère – Digital and Sound Factory” and in the “Multimedia Art Museum” of Moscow.

Bio//Fr

La collaboration artistique d'Audrey Barthes (franco-américaine) et de Michel Amaral (franco-portugais) débute par hasard en 2013 dans la « chambre bleue, claire » d’un hôpital, leur premier projet commun.
Leurs recherches artistiques d’abord centrées sur l’image et la représentation se sont très rapidement élargies à d’autres médiums. Dès 2014, leurs œuvres (photo, vidéo, installations, installations numériques cinétiques et art sonore) sont sélectionnées et primées dans des festivals nationaux et internationaux de photo, d’art vidéo et d’art contemporain.
Leurs travaux ont été notamment exposés au Centquatre à Paris dans le cadre du Festival « Circulation(s) », au Musée Saint-Raymond à Toulouse, au « Château Ephémère – Fabrique Sonore et Numérique » et au « Multimedia Art Museum » de Moscou.


Démarche//Fr

Poser des idées sur de la matière

« Au départ, il y a une idée. Un sujet qui nous tient à cœur, qui souvent nous obsède ou à propos duquel nous avons besoin de parler. Ensuite
va s’imposer le choix du médium dont la forme nous semble la plus pertinente pour servir ce propos : photographie, vidéo, installations, œuvres
numériques et interactives...
Nous traitons principalement de sujets sociaux, économiques ou politiques, parfois philosophiques mais toujours en relation avec le monde dans
lequel nous vivons.
Nous cherchons à questionner le spectateur, à l’impliquer. C’est ce qui nous conduit souvent à la création d’œuvres interactives ou immersives
mais c’est aussi ce qui nous guide en permanence dans notre recherche pour créer des œuvres qui surprennent.
Que ce soit par la forme, les matières ou les techniques employées : nous aimons bousculer les idées ! »